Agriculture urbaine à vocation sociale dans le monde

Agriculture urbaine Québec Semaine des innovations vertes U MAIN

L'agriculture urbaine prend de l'ampleur. Que ce soit au travers de bacs sur son balcon pour faire pousser ses fines herbes, un lot dans un jardin communautaire pour faire pousser ses légumes ou encore sur un toit dans une serre pour des fins commerciales, cette pratique est en croissance.

 

Crédit photo : Randalfino : https://www.flickr.com/photos/randalfino/
Cela traduit bien la nécessité des personnes qui vivent en ville de se ré-approprier leur alimentation en se mettant les mains dans la terre.
Même si c'est déjà génial de pouvoir remplir nos panses d'aliments biologiques et locaux, il y a quelques projets qui vont encore plus loin. En plus d'améliorer le sort de notre environnement et de notre santé, ils répondent à de véritables besoins sociaux.
Dans le cadre de cette semaine d'innovations vertes, il y a tant d'initiatives à applaudir que nous soulignerons en première partie celles entreprises à l'étranger et demain celles locales.

- Lisbonne : lutter contre la pauvreté et les changements climatiques par l'agriculture urbaine

 

À Lisbonne, au Portugal, ce sont 7 hectares dans la métropole qui ont été transformé en jardins communautaires et... distribué à plus de 500 familles. Les parcelles les plus grandes sont attribuées en priorité aux chômeurs et résidents de logements sociaux afin de leur donner un gagne-pain et de leur assurer une alimentation saine. Tous peuvent se balader dans ces aires de jardinage, augmentant ainsi la cohésion sociale. Permettant de faire face aux éventuelles pénuries alimentaires et d'absorber le trop plein d'eau des averses l'été, ces jardins communautaires offrent une véritable solution face aux changements climatiques.
Ramener un peu des champs à la ville et impliquer l'énergie humaine plutôt que celle de machines nous rappelle que la relation que nous entretenions avec notre environnement avant l'hypercentralisation en ville faisait du bien au corps, à l'esprit et à notre environnement. Qualité de vie n'égale pas toujours pouvoir d'achat.

 

Pour en savoir plus, c'est par ici : http://reporterre.net/A-Lisbonne-les-parcs-deviennent

- West Oakland Farms et la réinsertion sociale 

Dans cette ferme urbaine des États-Unis, tous les travailleurs ont fait de la prison. Et tous les travailleurs sont également propriétaires de cette entreprise.
Cette entreprise a pour but de faciliter la réinsertion sociale des personnes ayant été incarcérée. Après avoir fait de la prison, pour survivre, beaucoup se voient obligés de se tourner vers le crime à nouveau, la société ne leur donnant pas de travail. West Oakland Farms permet de combattre ce cercle vicieux. La fondatrice de l'ONG Oakland and the World Enterprises, Elaine Brown, a travaillé depuis longtemps sur l'insertion de jardins dans les ghettos afin d'offrir une sécurité alimentaire aux plus démunis avec le parti politique Black Panthers.
Cette démarche démontre bien le fait qu'une société en santé et équilibrée est synonyme d'acceptation, d'ouverture d'esprit et d'un retour à une alimentation saine et humaine au travers de projets comme celui-ci.
Pour en savoir plus, regardez la vidéo de AJ+ :

- Le Jardinier Gangster et son combat contre les déserts alimentaires

Le "Jardinier Gangster", Ron Finley, de L.A. aux États-Unis a entrepris une vraie lutte, celle de mettre la main à la terre d'adultes et d'enfants pour changer leurs habitudes alimentaires. "Si un enfant fait pousser du kale, il mangera du kale. Si un enfant fait pousser des tomates, il mangera des tomates car il a maintenant sa propre peau en jeu." Les espaces publics sont maintenant tournés en jardin publiques grâce à lui pour combattre les "déserts d'aliments". En effet, dans cette ville, les supermarchés, à plus d'un mile de distance d'une personnes sur trois, y sont plutôt des dépanneurs de grande surface. C'est pourquoi il enseigne aux enfants à jardiner, récolter et cuisiner de leurs propres mains.
Après l'apogée des repas congelés, en canne et du fast-food dans les dernières décennies et étant perçus comme un signe "d'évolution", toute une génération doit maintenant apprendre par le biais de professeurs la nature même des ingrédients de base d'une alimentation balancée. Ils pourront ainsi se nourrir de manière équilibrée au travers... d'un retour aux sources.
Pour en savoir plus, regardez la vidéo de AJ+ :

Avouez que ça donne franchement le goût d'aider à développer des jardins urbains communautaires à vocation sociale. Plus sur ce sujet au Québec demain !

 

U MAIN, bien plus que des kits pour faire du fromage à la maison.

 


Partager cet article

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés